Du dimanche référendaire au Samedi communiste

Peu de temps après la journée citoyenne du dimanche 7 avril 2013 qui s’est soldée par le retentissant échec du référendum sur le Conseil territorial d’Alsace que l’on sait,  je retrouvai dans ma boîte aux lettres le prospectus suivant, appel à une journée citoyenne :

En quoi consiste cette journée citoyenne ? Réfection du grillage du Gymnase du quartier, Rénovation du parcours Vita….. Rien contre, évidemment, encore que…Est-ce aux habitants du quartier de faire ce travail ?

Mais c’est une autre question.

Celle qui nous occupe concerne cette dérive du langage consistant à prôner officiellement l’apolitisme,  à appeler citoyenne la participation à une brigade d’entretien ou de nettoyage sur le modèle de ce que l’on appelait dans les anciens pays de l’est les Samedis communistes (Subbotniki)

La citoyenneté ce n’est pas cela.

Etre citoyen, c’est faire partie d’un corps politique participant à la vie de la cité dans la dimension politique du vivre ensemble. La classe politique de la Région Alsace, pour avoir oublié cela en amont du Référendum a subi un cuisant échec. Échec qui n’est pas seulement celui de l’UMP mais bel et bien aussi du PS  et de ses ambigüités : prôner un oui qui désapprouvait le projet dans l’espoir que le gouvernement allait apporter les correctifs, difficile de faire plus confus.  Le vote à peine terminé, on apprenait d’ailleurs que Mme Lebranchu (PS) se contrefichait du résultat.  Elle n’y a jamais cru et d’ailleurs sa loi sur la décentralisation vole en éclat.  On apprenait aussi que le Maire de Strasbourg PS, plus préoccupé du statut de métropole de sa ville a voté blanc alors que le PS dont il fait partie appelait à voter NON dans le Bas Rhin et Oui dans le Haut Rhin. Election : confusion. C’est aussi celui d’Europe Ecologie Les Verts à qui on aimerait simplement poser la question suivante : depuis quand le refus d’un projet mal ficelé est-il synonyme d’immobilisme. Simplement parce qu’il est porté par les écologistes ? Mais l’échec n’est pas seulement celui de la classe politique. C’est aussi celui du CESER (conseil économique et social régional) dont on apprend, qu’à l’exception de la FSU, les syndicalistes ne se sont pas opposés au projet. Il y a aussi un divorce entre le journal L’Alsace et ses lecteurs. Le quotidien a eu une attitude partisane comme rarement au point peut-être que son engagement pour le oui s’est révélé contreproductif. Il fallait tout de même le faire que d’assimiler le projet de Conseil territorial d’Alsace au la réunification du Land de Bade Würtemberg.

Comme ceux qui suivent ce blog le savent, j’ai fait le choix de ne pas participer à cette mascarade.

Je pensais que le projet pouvait capoter mais d’avantage par l’importance de l’abstention que par l’impact d’un vote non. Nous avons eu les deux.

Pour la première fois, à ma connaissance et, en particulier, grâce au travail de Matthieu Lavarenne s’inspirant de l’exemple d’Etienne Chouard pendant la campagne pour le Traité constitutionnelle européen en 2005, l’Internet a, en Alsace, au nez et à la barbe de ceux qui s’en désintéressent, joué pleinement son rôle citoyen – la citoyenneté de demain passera par Internet, -en décryptant méthodiquement les informations.  On y trouvera ce qu’il faut d’éléments pour construire une analyse des résultats. En voici le résumé qu’il fournit lui-même :

  • Un projet rejeté par le Non inattendu du Haut-Rhin, mais tout autant par l’abstention du Bas-Rhin, qui aurait suffi à tout arrêter, même si le Haut-Rhin avait dit oui.
  • Une claque électorale qui montre une nouvelle fois le divorce grandissant entre le peuple et ses « élites ».
  • Un projet qui n’est pas apparu comme novateur ni comme une « réponse à la crise ».
  • Philippe Richert avoue qu’il aurait préféré pouvoir ne pas tenir compte du Non haut-rhinois.
  • Le bouclier médiatique pour le oui a été fendu, notamment par le succès de la campagne du non sur internet.
  • En 1969, De Gaulle, désavoué, avait démissionné après l’échec du referendum sur « la régionalisation et la participation » afin que la politique de la France ne se fasse pas sans le peuple.
  • Un effondrement de la vision identitaire d’une Alsace “unie”, avec l’apparition claire et nette de deux logiques départementales distinctes.
  • Un clivage gauche-droite totalement débordé.
  • Le misérable bal des mauvais perdants qui cherchent à rejeter la faute, loin de l’autocritique pourtant indispensable.
  • Un projet enterré définitivement… euh, enfin, du moins pour l’instant
  • Cette campagne aura été un scandale démocratique qui devra nous inciter à rester vigilant pour la suite.

J’ajouterai de mon point de vue un élément et une critique.

Je pense tout de même,  bien que l’affaire Cahuzac n’en soit qu’un épisode, que le référendum est intervenu à un moment où la crise prenait pleinement sa dimension politique au-delà même du divorce entre la population et leurs représentants, déjà perceptible depuis plusieurs années. Il faut désormais prendre en compte le fait que nous sommes dans un contexte post-démocratique et politique grave.

Je ne suis pas du tout convaincu par la thèse avancée par Philippe Breton sur « l’effondrement du fantasme d’une Alsace identitaire, la fin de la vision régionaliste de l’Alsace surtout dans un contexte de repliements où précisément on se raccroche aux fantasmes de repères régionaux identitaires, même s’ils éclatent en particularismes de clocher ? On risque de se retrouver avec un effet boomerang. Qu’il y ait une destruction du symbolique est un autre paire de manches et il faudrait s’y atteler. On peut repérer des particularismes régionaux dans les votes, dans les « oui » et dans les « non ». Ils tiennent à leur inscription dans l’histoire. D’une manière générale, les fantômes d’une histoire non dite et non assumée ont participé au scrutin. Les inquiétudes de la Ville de Colmar sur son statut de Préfecture ont un très ancien enracinement historique qui remonte à Louis XIV. Et il faudrait parler de tous les non dits contemporains qui ont mobilisé le « non » comme le mariage pour tous, débat que la gauche fuit. On peut noter l’absence des politiques dans le débat sur les inquiétudes liées à la fusion des Universités. La seule proposition que le Parti socialiste ait trouvé à faire en réaction à l’échec du référendum a été de préconiser la fusion des offices du Tourisme d’Alsace. Opposer la fusion par le bas à la fusion par le haut ? Mais dans les deux cas, les mêmes méthodes sont à l’œuvre.

Enfin, peut-être faut-il aussi rappeler que les contestations anecdotiques ne font pas une politique.

Quant au Front de gauche qui en est à essayer de nous faire croire que la décentralisation serait contraire à la République, quelle tristesse. Et le dépérissement de l’Etat, camarades, jamais entendu parler ? Quelle tristesse aussi que ce besoin d’un héros qui fait le pitre !

Nous voici revenu à la question citoyenne.

Que fait-on maintenant ?

« Si l’on veut éviter le scénario craint et annoncé par Bernard Stiegler de l’accès au pouvoir d’une réaction identitaire, xénophobe et régressive, les mouvements sociétaux doivent apprendre d’urgence à être aussi efficaces que les défenseurs du système post-démocratique »,

écrit Philippe Aigrain qui identifie cinq conditions :

« – La capacité à se coaliser.
– L’identification d’un ensemble minimum de propositions de réforme radicale portées sans relâche.
– Le refus tenace de la violence et la continuation du débat avec les acteurs institutionnels.
– Un style d’action compatible avec une vie bonne.
– L’exploration quotidienne d’alternatives concrètes ».

Conditions qu’il détaille sur son site.

Le wagges

Quelques aspects négligés de la Loi sur la refondation de l’école

Actualité aidant, vote à l’assemblée aidant, la loi sur la refondation de l’école a, bien naturellement, disparu des commentaires médiatiques. Les points très largement mis en avant ont concerné massivement le temps scolaire, les redoublements, le nombre de postes, la formation des enseignants, l’enseignement civique et moral… D’autres aspects, qui posent des questions fondamentales quant à l’organisation générale du système, sans doute parce que plus techniques, moins émotionnels donc moins médiatiques, n’ont pas eu l’honneur d’être développés voire abordés. Lire la suite

La mascarade référendaire du 7 avril 2013 en Alsace

L’Alsace, marque à vendre comme une bretzel. Contrairement à Philippe Richert, président du Conseil Régional, je ne me reconnais pas dans ce ridicule.

 

Dimanche prochain 7 avril, nous avons paraît-il rendez-vous avec l’Histoire.  Grand H. Eh bien je n’y serai pas ! D’abord parce que l’Histoire ne donne pas de rendez-vous. Les rencontres entre l’histoire et la géographie ne se décrètent pas. Ensuite parce qu’on ne peut appeler « histoire » le bricolage institutionnel sur lequel nous sommes appelés à nous prononcer.

Je n’ai pas reçu à ce jour, nous sommes le 1er avril – je sais, je sais, ce n’est pas un poisson – le moindre document officiel mais la machine de propagande, elle, est en route depuis pas mal de temps.

Propagande en effet. Et assez vulgaire. Le dernier exemple en date via le journal L’Alsace, (dont la rédaction en chef sera bientôt à Strasbourg) relayé par France 3 Alsace, fait grand cas de la réunification du Bade Wurtemberg en 1953, qui serait le modèle à suivre pour l’Alsace. Comparaison éhontée, au regard de l’Histoire, qu’ils prétendent invoquer. Comparer la fusion du pays de Bade, de Wurtemberg-Bade et de Wurtemberg-Hohenzollern qui s’est faite dans le cadre d’un Etat fédéral et de la reconstruction de  l’après guerre avec une proposition de simplification administrative dans la France de 2013 est d’une grand malhonnêteté. Quant à la réunification de toute l’Allemagne elle même, de quand date-t-elle ? 

Toute cette misère témoigne de leur manque d’imagination. Puiser dans le modèle allemand pour l’imiter afin de, soit disant, pouvoir « parler d’égal à égal avec nos voisins ». Depuis quand faut-il ressembler à son voisin pour être son égal ?

Mais l’utilisation du modèle allemand a bien sûr un sens. Et la propagande le laisse entendre. Deux mots y suffisent : compétitivité et flexibilité. Le bricolage institutionnel que l’on nous propose porte la marque du néolibéralisme qui l’inspire. Dès lors, les grands mots frisent le grotesque. Ainsi quand il est affirmé que « pour la première fois l’Alsace choisit son destin ». Pour d’autres, « le conseil territorial d’Alsace nous permettra de reprendre en main notre destin ». Rappelez-nous quand on l’avait perdu ? 

Vu de New-York, ou d’ailleurs, en tout cas de loin, l’Alsace existe sûrement comme entité. Vu de Mulhouse, d’où j’écris, c’est un peu plus compliqué. Vieille influence celtique, paraît-il. J’ai aussi un peu de mal aussi à oublier qu’en Alsace, on n’a jamais beaucoup aimé cette ville industrielle et ouvrière. Et pour cause : « Classe laborieuse, classe dangereuse » !

Comme ce sont les sondages qui font l’opinion et non la réflexion individuelle et collective, 70 % des électeurs des deux départements d’Alsace disent « oui ».

Mais « oui » à quoi ? Quelle est la question ?

La question officielle est la suivante :

Approuvez-vous le projet de création d’une collectivité territoriale d’Alsace par fusion du conseil régional d’Alsace, du conseil général du Bas-Rhin et du conseil général du Haut-Rhin ?

On remarquera qu’il n’est pas question de conseil unique ! Et pour cause difficile de qualifier l’usine à gaz qu’ils vont mettre en place, d’organisme unique et simplifié.

On ne construit pas une entité régionale en la faisant reposer sur des raisons  purement économiques et financières. Même le bilinguisme n’est pour Philippe Richert qu’ « un moyen de lutter contre le chômage qui touche désormais un peu plus de 9 % des personnes en Alsace ». De quel bilinguisme parle-t-il d’ailleurs ? Du dialecte alsacien ou de l’allemand ? De l’allemand bien sûr. Curieux sens du « destin de l’Alsace » quand même que de miser, pour résoudre la question du chômage en Alsace, sur le vieillissement de la population allemande d’outre Rhin. On ne voit pas non plus pourquoi ni commun l’enseignement de l’allemand pourrait demain relever de la compétence du Conseil Territorial d’Alsace.  Et en faisant en plus des économies.

Le Conseil territorial veut-il des compétences dans le domaine de la pédagogie ?

L’un des objectifs est l’acquisition de nouvelles compétences. Lesquelles ? On ne le saura que plus tard car cela dépend de la nouvelle loi de décentralisation qui se prépare. Pourquoi anticiper en Alsace une loi de décentralisation à venir à l’échelle nationale ?

Nous sommes appelés à voter pour un contenu qui dépendra du vote de l’Assemblée nationale. « Et puis de nouvelles compétences généreront de nouveaux besoins de financement, de nouveaux impôts, qu’on le veuille ou non ! » comme le souligne avec raison l’ancien maire UMP de Saint Louis

Même si le oui est majoritaire, il l’est déjà par la majorité des élus du département, la lecture politique du résultat  dépendra du degré d’adhésion de la population et de sa participation.  Ils ont même tenté tous partis favorables au oui confondus (UMP, PS, Europe Ecologie et « Gauche » Moderne) de baisser le seuil de 25 % des inscrits nécessaire à la validation du scrutin

Pour que le projet soit validé, il faut en effet que les 50 % de « oui » représentent 25 % des inscrits dans chaque département ».

Que nous promet-on ?

Moins de structures administratives, moins de personnel, moins d’élus… Le lourd projet permettrait de réaliser une économie de 100 millions d’euros sur 5 ans. Sur un budget total de – en projection des données actuelles – de 1457 millions.  Autant dire « peanuts ». Et rien ne nous dit ce qu’il en sera après les 5 ans. Moins de personnel. Selon le vieux principe avec moins on fait plus, le personnel restant sera plus proche des habitants. Merveilleuse logique !

Tout ce barnum a pour unique raison des ressources publiques qui s’amenuisent, ce qui est loin d’être la meilleure des motivations. Le gros non-dit porte sur l’importance de l’endettement de la Région Alsace.

Pour ou contre la fusion n’est pas une querelle d’ancien et de moderne. La modernité doit être dans les contenus. Or justement aucune des questions d’avenir n’est posée. Ainsi des possibilités de reterritorialisation liées à la révolution du numérique. Rien non plus sur un sujet aussi essentiel que la question des énergies du futur, de la transition énergétique.

Post-démocratie

En général le fusionnel conduit au conflictuel. Surtout dans un dangereux déni de démocratie permanent.

Car parallèlement d’autres réalités se mettent en place sans que l’on nous demande notre avis. Et c’est là qu’on aimerait comprendre. Ainsi s’organise la constitution d’un Pôle métropolitain entre Mulhouse et Strasbourg, ces deux villes regroupant à elles seule 40 % de la population alsacienne. Ce pôle métropolitain affiche d’ailleurs les mêmes objectifs. Pour le néolibéral Jean-Marie Bockel, l’Alsace est autre chose. «  L’Alsace est une conurbation –attention de bien prononcer !- une conurbation structurée par les grandes agglomérations ». Le reste ne compte guère. Et pour faire le poids face à Strasbourg qui s’étend par-dessus le Rhin et veut devenir euro métropole, JM Bockel veut rassembler autour de Mulhouse tout l’espace allant du Rhin aux Vosges.

Autrement dit, pendant qu’on vote pour une chose, un autre se met en place. C’est pour décrire ce genre de dérive que le sociologue Colin Crouch a forgé le mot de « post-démocratie»

Rien ne distinguera dans les urnes un soit disant « oui » de « gauche » d’un « oui » «  de droite » Il n’y a qu’un « oui » sans nuance ou un « non » sans nuance, ce qui d’emblée dénonce la pratique référendaire surtout quand elle ne repose pas sur une démarche démocratique en amont. Parfois, au milieu d’envolées lyriques confuses, quelques phrases à peu près claires émanent de Jo Spiegel, élu PS, partisan du oui, dont peut-être celle-ci :

« On aurait du travailler en amont avec les citoyens dans une démarche de coproduction c’est vrai. Maintenant, il ne faudra pas louper l’après oui »

C’est raté, donc mais en attendant un hypothétique « après-oui », envoyez votre chèque en blanc !

Comme si l’après n’était pas déjà contenu dans l’avant.

Un autre élu du PS, Pierre Freyburger tient un autre discours et se prononce, lui,  pour le « non » :

« Le projet qui nous est proposé a été compromis par une succession de marchandages politiques à la petite semaine. La fusion que nous appelions de nos vœux n’est plus qu’un lointain souvenir : avec deux sièges, deux présidents, deux modes de scrutin, un conseil exécutif, une assemblée délibérative, deux conférences départementales, huit à dix conseils de territoires de vies, le CESER, les commissions thématiques… ce n’est plus un conseil unique, c’est un conseil multiple ! Notre objectif était de simplifier le millefeuille administratif, Charles Buttner et Philippe Richert l’ont réinventé en une seule et même collectivité ».

Un conseil tout à fait unique par sa complexité !

Je ne participerai pas à cette mascarade. Je suis fatigué des effets pervers permanents de cette 5ème république moribonde.

Et, je ne voterai pas « non » car le  « non » est improductif. Il conforte le « oui » et repose sur l’idée qu’il n’y a pas d’alternative et que les choses doivent rester en l’état.

Je crois en l’importance de l’abstention dans ce cas. Quelle que soit le résultat du « oui », l’impact de la (non)participation sera important.

Je m’abstiens aussi parce que je ne suis pas fermé à l’idée d’une collectivité territoriale unique, même plus vaste.

Le wagges

PS. Je signale ce point de vue de l’historien Georges Bischoff sur la manipulation des références historiques :

« A mon sens, rien ne permet d’invoquer une histoire longue pour fonder quelque chose qui, dans le meilleur des cas, répond à des impératifs techniques contemporains. Les expériences souvent invoquées : le duché d’Alsace, la Décapole, les « états d’Alsace du XVIe et du XVIIe s. ou le Reichsland Elsass-Lothringen sont des « inventions », ou plus exactement, des relectures mythifiantes, ou, mieux, une histoire virtuelle. Dans ce tableau, d’ailleurs, on oublie la province d’Alsace de Louis XIV (1648-1789) qui est à l’origine d’une culture politique très différente de celle des « Länder » de l’ancien Empire allemand.

La seule période historique qui mérite d’être prise en considération est la nôtre. Donc, en gros, celle de la génération des actifs actuels, qui n’ont pas connu les changements de nationalité des 142 dernières années. C’est leur culture politique qui est en question »

A retrouver ici.

On peut se rappeler aussi la définition de Jean Paul de Dadelsen :

« Nous autres en Alsace, écrit-il, on est celtique il n’y a pas à dire on est celtico-germano-romano – (et donc aussi égypto-syriaco-illyrio-ibério-dalmato-partho-soudano-palestinien) – français comme Minuit chrétiens et au-dessous d’un certain niveau de bourgeoisie catholiques comme un seul homme ».