Ce qu’en dit Victor Hugo

Pour un petit garçon de 8 ans fiché à vie,
pour les enseignants,

Ce texte de Victor Hugo

(…)
Hélas ! combien de temps faudra-t-il vous redire
À vous tous, que c’était à vous de les conduire,
Qu’il fallait leur donner leur part de la cité,
Que votre aveuglement produit leur cécité ;
D’une tutelle avare on recueille les suites,
Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.
Vous ne les avez pas guidés, pris par la main,
Et renseignés sur l’ombre et sur le vrai chemin ;
Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.
Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte ;
C’est qu’ils n’ont pas senti votre fraternité.
Ils errent ; l’instinct bon se nourrit de clarté ;
Ils n’ont rien dont leur âme obscure se repaisse ;
Ils cherchent des lueurs dans la nuit, plus épaisse
Et plus morne là-haut que les branches des bois ;
Pas un phare. A tâtons, en détresse, aux abois,
Comment peut-il penser celui qui ne peut vivre ?
En tournant dans un cercle horrible, on devient ivre ;
La misère, âpre roue, étourdit Ixion.
Et c’est pourquoi j’ai pris la résolution
De demander pour tous le pain et la lumière.
(…)

Victor Hugo : A ceux qu’on foule aux pieds
(L’année terrible 1872)

Une partie de ce texte est cité par Bernard Stiegler dans son livre Ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue/ de la pharmacologie (Flammarion) à propos de ce nouveau bouc émissaire qu’est devenu l’enfant.

Etre Charlie à l’Education Nationale ou le refus de marcher au pas.

“Ces faits sont une gifle qui nous punit de notre disparition collective. Ils nous montrent cruellement à quel point le rôle qui devrait être le nôtre dans la société n’a pas été tenu depuis plus de dix ans, quand les caricaturistes, eux, tenaient le terrain.” (*) Lire la suite